© 2019 bling. studio. All rights reserved.

A PROPOS

PROJETS

CONTACT

 Objet 2018
Verre soufflé bouche.
310 x 240 mm.

Le Nord de la France est historiquement une terre de brasseurs. Autrefois la plupart des communes avaient leur propre brasserie, avec leurs estaminets à proximité. En 1914, la région comptait près de 2 000 brasseries, contre une quarantaine aujourd’hui. Les estaminets se situent en Belgique et dans le Nord de la France (plus de 300 dans les Hauts-de-France) ; ils font partie du patrimoine culturel.

 

Le mot "estaminet" viendrait du terme "stam", qui signifie "famille" ou "groupe d’habitués" en flamand. C’est donc l’endroit où l’on se retrouve autour d’un verre, où l’on se réunit en famille. Puis les lieux se sont ouverts à la restauration, proposant une cuisine familiale. 

 

Au XVIIIe siècle, l’estaminet était exclusivement réservé aux hommes "qui venaient boire, fumer et refaire le monde".

Au début du XIXe siècle, l’estaminet, lieu de détente pour les ouvriers, était aussi un point de rendez-vous, de réunion pour les sociétés, les familles puis les amis et les personnes étrangères. En 1802, l’Académie française le définit comme une "assemblée de buveurs et de fumeurs".

 

Aujourd’hui, l’estaminet désigne les tavernes, auberges et brasseries typiques du Nord. On y sert des plats et boissons typiques de la région (surtout de la bière), on y propose aussi du tabac et des jeux traditionnels.

Les estaminets sont avant tout des lieux de convivialité, des lieux familiaux, des lieux de vie.

 

Chacun possède son propre style, avec une décoration intérieure plus ou moins chargée, mais toujours chaleureuse : elle y est typique, rustique et traditionnelle, chargée d’histoire. On y retrouve du houblon suspendu au plafond, des ustensiles de cuisine anciens, des chopes, des bocks, des sous-bocks, divers articles publicitaires de marques de bières, des plaques émaillées, etc.

 

Le houblon suspendu dans les estaminets reflète une vrai tradition brassicole. 

Ce vase reprend cette décoration typique et traditionnelle, qui utilise le plafond comme support d’accroche pour suspendre la plante séchée, tout en s’inspirant de la forme spécifique des cônes de houblon.